Tout citoyen peut choisir librement son mode de sépulture, soit

  • La crémation ou
  • L'inhumation

L'incinération

La crémation peut être suivie de :

La dispersion des cendres
  • au crématorium
  • dans un cimetière (pelouse de dispersion)
  • en mer territoriale belge
  • à un endroit autre que le cimetière : les cendres peuvent en effet être dispersées dans la propriété du défunt.  Si le défunt n'était pas propriétaire, il sera nécessaire d''obtenir l'accord écrit du propriétaire du terrain.  La dispersion ne peut se faire sur le domaine public.
La conservation des cendres 
  • L'urne cinéraire peut être remise et conservée par une personne préalablement désignée. 
  • Depuis le dernier décret sur les funérailles et sépultures, une partie symbolique des cendres peut être confiée à plusieurs membres de la famille.
L'inhumation de l'urne cinéraire
  • dans un columbarium communal
  • dans un cave-urnes
  • en terre, en concession, en caveau - au même titre qu'un cercueil

L'inhumation ou enterrement traditionnel

Tout cercueil peut être inhumé :

  • En pleine terre ou fosse commune : dans ce cas, aucune taxe communale n'est due pour le terrain, mais la durée de conservation sera réduite (minimum 5 ans)
  • En terrain concédé pour 1, 2 personnes ou plus.  Une redevance fixée librement par les communes sera réclamée pour la concession.  La durée de celle-ci peut varier de 10 à 30 ans.
  • En caveau pour 1, 2 personnes ou plus. Une redevance fixée librement par les communes sera également réclamée pour la concession de terrain. 

Certaines administrations se chargent également du placement des caveaux tandis que d'autres laissent cette opportunité à n'importe quel entrepreneur privé.  La durée de ces concessions varie également de 10 à 30 ans.  Le coût du renouvellement concerne uniquement le terrain, et non le caveau.